Mon habitation

Parois vitrées

C’est souvent la solution qui vient à l’esprit en premier car elle semble la plus aisément réalisable. Sachez que seulement 10 à 15 % de la chaleur s’échappe par les fenêtres. Ces travaux effectués seuls ne vous permettront pas de réaliser de grosses économies. Il est préférable de les intégrer à une isolation plus globale de votre logement en prenant également en compte le toit, les murs et le sol.

Quel niveau de performance viser ?

La performance thermique d’une paroi vitrée dépend de la nature de la menuiserie, des performances du vitrage et de la qualité de la mise en oeuvre de la fenêtre.
Les protections extérieures (volets) peuvent également réduire les déperditions de chaleur, particulièrement la nuit et sont très efficaces pour limiter la température intérieure en été.

Pour une bonne performance énergétique, il est conseillé de choisir des fenêtres avec un Uw compris entre 1,3 et 1,6.

Le coefficient de transmission thermique U qualifie la performance des parois vitrées, exprimée en W / m2.K. Plus U est faible, meilleure sera l’isolation de la paroi vitrée.

Ug (= U glass) est utilisé pour les vitrages, Uw (= U window) pour les fenêtres (vitrage + menuiserie) et Ujn (= U jour nuit) pour l’ensemble fenêtres + volets.

Quelle menuiserie choisir ?

Des solutions performantes existent en menuiseries bois, PVC, et aluminium à rupture de pont thermique.
Les menuiseries en aluminium sans rupture de pont thermique sont à proscrire en raison de la forte conductivité thermique de ce matériau (source de déperditions thermiques et d’inconfort).

La certification Acotherm garantit les performances thermiques et acoustiques des blocs baies et des menuiseries des fenêtres.
Les performances d’isolation thermique sont notées de Th5 à Th11. Plus Th est élevé, meilleures sont les performances isolantes.

Le classement AEV pour les menuiseries extérieures indique des niveaux de performances par rapport à la perméabilité à l’air (A1 à A4), l’étanchéité à l’eau (E) et la résistance au vent (V). Pour une étanchéité à l’air très efficace, il est conseillé de privilégier la classe A4.

Quel vitrage choisir ?

  • Le double vitrage classique est constitué de deux verres emprisonnant une lame d’air. Il est plus performant que le simple vitrage : il réduit l’effet de paroi froide ; il diminue les condensations et les déperditions thermiques à travers les fenêtres.
  • Le double vitrage à isolation renforcée (VIR) et lame d’argon constitue la nouvelle génération de doubles vitrages. La lame entre les deux vitrages est remplie d’argon et une fine couche transparente peu émissive (généralement à base d’argent) est déposée sur une des faces du verre (côté lame d’air). Cette couche agit comme un bouclier invisible pour empêcher en hiver la chaleur intérieure de fuir à l’extérieur.

Le double vitrage à isolation renforcée (VIR) a un pouvoir isolant deux à trois fois supérieur à celui d’un double vitrage ordinaire, et plus de quatre fois supérieur à celui d’un simple vitrage.

Le double vitrage peut permettre des économies de chauffage de l’ordre de 10 % et améliore fortement les conditions de confort en faisant disparaître l’effet de paroi froide.
Associé à un système de gestion des apports solaires (occultation extérieure), il contribue à limiter les effets de surchauffe en été.

  • Le triple vitrage est constitué de trois verres emprisonnant deux lames d’argon (ou de krypton) entre eux et disposant de deux couches faiblement émissives déposées côté interne des lames d’air.

Le coefficient de transmission thermique est excellent, de l’ordre de 0,6 à 0,8 W / m2.K (contre 1,1 à 1,2 environ pour les VIR).
En revanche, le facteur solaire est modifié et le coefficient de transmission lumineuse peut être moins bon que celui d’un double vitrage.

Deux techniques de rénovation performantes

Le remplacement des fenêtres doit être réalisé par des professionnels qualifiés, car il nécessite un véritable savoir-faire afin d’éviter tous dégâts occasionnés par des défauts d’étanchéité.

Deux méthodes éprouvées permettent la mise en oeuvre de fenêtres équipées de double vitrage :

  • le changement de fenêtre avec conservation du dormant existant
  • le remplacement total de l’ancienne fenêtre

 

Le remplacement de la fenêtre complète (ouvrant et dormant) est la solution à retenir dans tous les cas où la fenêtre existante est en mauvais état. Elle apporte une isolation thermique et acoustique supérieure.
À l’usage, c’est la solution la plus performante. De plus, elle conserve la luminosité préexistante.

Ces technique sont présentées en détail dans notre guide "isoler son logement".

Vous pouvez bénéficier d'aides financières (sous conditions):

  • Un taux de TVA à 7 % sur la fourniture de matériel et la main d’oeuvre ;
  • Un crédit d'impôt pour l’isolation des parois vitrées (sous condition de réalisation d'une autre action d'amélioration énergétique rélisée de manière simultanée)
  • Un crédit d'impôt pour l’isolation des portes donnant sur l'extérieur ;
  • Un éco-prêt à taux zéro sur la réalisation d’un bouquet de travaux (cumulable avec le crédit d'impôt sous condition de ressources) ;
  • Des aides de l’Anah ;
  • Des aides spécifiques pour l’isolation acoustique.

Pour tout savoir sur les aides : consultez la rubrique Financer mon projet

Pour aller plus loin : 

Construire - Isolation - Parois vitrées - Vitrage

Mon habitation - Rénover - Isolation - Parois vitrées - Fiche bâti ancien